La poussée et la poussée sont deux mouvements qui peuvent augmenter la force au-dessus de la tête et améliorer les performances athlétiques dans les sports de force et de force. Bien qu’ils offrent les avantages de développer les muscles et d’augmenter la puissance, il existe des différences clés entre le clean and jerk et la push press dont les entraîneurs et les athlètes doivent être conscients.

1. Travail musculaire

La poussée et la traction font travailler simultanément les épaules, les triceps et le haut du dos.

Cependant, la presse à pousser est davantage un mouvement dominé par la force, s’appuyant fortement sur la force des épaules, des triceps et du haut de la poitrine pour pousser des charges au-dessus (avec l’aide du bas du corps). / p>

Bien que le clean and jerk soit également exécuté de la même manière que le clean and jerk, le lève-personne peut plier les genoux et les hanches et tomber sous la barre pour la placer au-dessus de sa tête. , minimisant la distance totale que la charge doit parcourir.

Les deux mouvements peuvent développer et développeront la force et la puissance, mais il est important de noter que la charge musculaire sur les épaules et le haut du corps est légèrement plus élevée lors de la poussée (en raison de la période de traction plus longue) que lors de la poussée avec des charges relatives.

/ p>

Souvenez-vous que tout ce que vous pouvez faire en un seul mouvement n’indique pas combien un groupe musculaire en particulier travaille. Dans ce cas, la poussée de poussée permet de placer plus de charges aériennes, non pas parce que le haut du corps est plus actif, mais plutôt en raison de la plus grande dépendance au bas du corps et de l’explosivité.

2. Niveau de difficulté

En supposant que l’individu soit correctement formé à la façon de placer la charge au-dessus de la tête dans une position stable et sûre, l’étape logique serait qu’il exécute d’abord la presse en hauteur sans utiliser ses jambes. À partir de là, le bas du corps pourra aider en transformant le mouvement en une poussée.

Le clean and jerk, bien que le mouvement principal dans l’entraînement d’haltérophilie olympique, est un mouvement plus difficile que le clean and jerk, principalement en raison du temps et de la vitesse nécessaires pour exécuter le mouvement avec précision.

La presse à pousser peut être utilisée pour aider les personnes âgées à développer des positions plus fortes et une force fondamentale au-dessus de leur tête, ainsi que pour les aider à apprendre à plier et à bouger correctement leurs jambes pour initier la pression à pousser / pousser.

3. Vitesse de déplacement / puissance

Il a été démontré que les deux mouvements augmentent la puissance et la puissance élevées, ce qui peut être très bénéfique pour les haltérophiles olympiques, les athlètes sportifs et tous ceux qui recherchent l’athlétisme général.

Le push push et push press nécessitent une puissance élevée. La triple extension (extension des chevilles, des genoux et des hanches) est au cœur de la performance athlétique et est principalement responsable de l’explosivité des deux mouvements.

Bien que ces mouvements soient différents, les deux sont d’excellents moyens d’augmenter votre charge explosive, d’améliorer vos performances de saut vertical et d’augmenter votre athlétisme général.

De plus, des études montrent que les jump squats et push press ont presque les mêmes lectures de puissance de sortie, soulignant que la poussée peut être tout aussi efficace (sinon plus) que les jump squats et autres pliométriques lors de l’augmentation de la puissance de sortie corps tout en augmentant la force au-dessus de la tête (c’est un exercice gagnant-gagnant).

Article connexe: Force vs Force: 5 différences clés à connaître

4. Programmes de poids olympique

En haltérophilie olympique, le clean et le jerk sont utilisés dans un programme d’entraînement sensé, mais un seul mouvement est un mouvement qui peut être utilisé dans les compétitions officielles.

Lors de la pesée olympique, l’athlète doit déplacer la charge des épaules à la position au-dessus (après la position propre) en un seul mouvement fluide, sans serrer la charge au-dessus. Par définition, cela signifie que le palonnier DOIT arracher (pousser, forcer ou fendre) au-dessus de sa tête. Si une personne utilise une presse à pousser, la charge sera appuyée en haut, tandis que les coudes doivent étendre complètement la surcharge, enfreignant les règles de «bonne portance».

Bien que les abdominaux ne doivent pas être utilisés en compétition, ils sont souvent utilisés dans les entraînements pour renforcer la force du haut du corps, renforcer la bonne technique d’arraché et aider les athlètes à lutter avec la stabilité et la force au-dessus de la tête en clean and jerk.

5. Efficacité du mouvement

Alors que les deux mouvements sont plus efficaces pour conserver l’énergie et la fatigue musculaire que les abdominaux durs standard ou les abdominaux militaires, la poussée est bien supérieure à la poussée dans ce domaine.

Contrairement à une presse à pousser, une poussée permet à une personne de plier les genoux et les hanches pour abaisser son corps sous la charge, minimisant ainsi la distance totale que la charge doit parcourir. Ce faisant, la personne peut utiliser moins de force et de puissance pour déplacer la charge au-dessus de sa tête et s’appuyer davantage sur le bas du corps (par rapport à la pression).

Dans les cas où un individu ou un athlète doit déplacer à plusieurs reprises une charge au-dessus de sa tête et pour atteindre un poids maximal, il est suggéré d’utiliser la poussée pour maximiser l’efficacité du mouvement et augmenter la capacité de levage globale.

By Patrick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *